logo



PROtestants et FILmophiles

PROmouvoir les FILms dont la qualité artistique et humaine aide à la connaissance du monde contemporain


ACCUEIL - QUI SOMMES-NOUS ? - ACTIVITES - PUBLICATIONS - GROUPES - CRITIQUES DE FILMS - RADIO - EN SALLE - FESTIVALS






Fiche technique :
Réalisation : Charlène Favier ; scénario : Charlène Favier, Marie Talon, Antoine Lacomblez ; photographie : Yann Maritaud ; montage : Maxime Pozzi-Garcia ; musique : Alexandre Lier, Sylvain Ohrel, Nicolas Weil ; distribution France : Jour2fête.

Avec :
Noée Abita (Lys) ; Jérémie Renier (Fred) ; Marie Denarnaud (la femme de Fred) ; Maïra Schmitt (Justine, amie de Lys).

Slalom

France, Belgique, 2020, 92min.

Réalisation : Charlène Favier

Biographie :

Charlène Favier, née en 1985, est une réalisatrice, scénariste, productrice française. Après une enfance à Val d'Isère, elle a suivi une formation au jeu d’acteur et à la mise en scène à Londres, à la direction d’acteur à New York et à l’écriture de scénario à la FEMIS, dont elle est sortie diplômée en 2015. Elle fonde à 24 ans sa société, Charlie Bus Production. Elle écrit, réalise et produit plusieurs courts métrages et documentaires. Slalom est son premier long métrage, sélectionné à Cannes 2020. 

Résumé :

Lyz, 15 ans, vient d'intégrer une prestigieuse section ski-études. Fred, ex-champion et désormais entraîneur, décide de tout miser sur sa nouvelle recrue. Lyz s'investit, enchaîne les succès mais bascule rapidement sous son emprise.

Analyse :

Dans le contexte actuel de #MeToo, sur un sujet périlleux dont la presse parle et reparle, Charlène Favier a réussi un film plein de pudeur, de sensibilité et de délicatesse. Elle suit pas à pas cette adolescente et révèle avec finesse, subtilité et intelligence les mécanismes de l’emprise que peut exercer un adulte sur une jeune dont il détient la clé de la réussite. Sans voyeurisme ni manichéisme elle trace les contours flous du consentement. La réussite de ce film tient dans le fait que la réalisatrice n’a pas éludé la complexité des personnages et des situations. Fred n’est pas un prédateur salaud à l’affût de sa proie. On le voit dans son milieu familial, rassurant pour tout le monde. Il est fasciné par le talent de cette jeune adolescente qui peut devenir une championne, à un niveau où il n’a pas pu rester. Il contrôle tout, son alimentation, sa silhouette, son poids, jusqu’aux effets de ses règles sur sa pratique sportive et il la prend d’autant plus volontiers en charge qu’elle réussit et comble ses attentes. De son côté Lyz est flattée de l’attention qu’il lui porte et fascinée par la volonté qu’il manifeste à faire d’elle une championne. Elle est en admiration totale. Elle s’en remet d’autant plus à lui que son père est absent et sa mère défaillante. On voit le regard de Fred changer progressivement sur cette femme en devenir. La fascination qu’elle éprouve pour lui l’amène à penser qu’elle est amoureuse de lui et donc qu’il peut satisfaire sa pulsion. Même après un premier dérapage de Fred elle lui fera part à deux reprises de sa crainte qu’il ne l’abandonne. Et lorsque Fred pour la seconde fois franchit le pas et lui impose un viol, elle ne se défend pas ; ce qui ne veut pas dire qu’elle est consentante. La réalisatrice, et l’actrice, montrent parfaitement la sidération de l’adolescente qui ne dit rien, mais attend que cela passe, comme si elle n’était pas concernée. Après cette souillure Lyz change, s’enferme davantage sur sa douleur sourde même si elle continue l’entrainement intensif et devient championne, jusqu’à cet acte de résilience magnifiquement amené par un « non ».

Dans ce premier film la réalisatrice montre non seulement qu’elle maîtrise parfaitement son sujet mais qu’elle sait faire du cinéma. Le décor des montagnes est superbement utilisé, grandiose et oppressant. Les scènes de descente

sont filmées au plus près avec talent et une bande son impeccable. La réalisatrice utilise les couleurs en jouant sur les contrastes du rouge et du bleu. Un film réussi également grâce à l’intensité du jeu de la jeune Noée Abita.

Marie-Jeanne Campana

Autres articles sur ce film