logo



PROtestants et FILmophiles

PROmouvoir les FILms dont la qualité artistique et humaine aide à la connaissance du monde contemporain


ACCUEIL - QUI SOMMES-NOUS ? - ACTIVITES - PUBLICATIONS - GROUPES - CRITIQUES DE FILMS - RADIO - EN SALLE - FESTIVALS






Fiche technique :
Réalisation: Bill Condon. Scénario : Jeffrey Hatcher d'après l'oeuvre de Nicholas Searle. Directeur de la Photographie : Tobias Schliessler. Montage : Virginia Katz. Musique : Carter Burwell. Distribution France : Warner Bros.

Avec :
Helen Mirren (Betty McLeish), Ian McKellen (Roy Courtnay), Russell Tovey (Stephen), Jim Carter (Vincent), Mark Lewis Jones (Bryn).

 

L'art du mensonge (The good liar)

Etats-Unis d'Amérique, Canada, 2020, 110min.

Réalisation : Bill Condon

Biographie :

Bill Condon, né en 1955 à New York, est un réalisateur, scénariste, acteur et producteur. Après des études de philosophie à Columbia, il se tourne vers le journalisme, l'écriture de scénarios et la réalisation, s'intéressant à la comédie musicale, au fantastique et au drame. Cette dernière décennie, on lui doit les derniers volets de Twilight (2012), Le cinquième pouvoir (2013), Mr Holmes (2015) et La belle et la bête (2017).

Résumé :

Un vieil escroc se faisant passer pour un veuf esseulé jette son dévolu sur une cible facile, une riche veuve, découverte sur un site de rencontres pour personnes âgées.  

Analyse :

Difficile d'en dire beaucoup sauf à gâcher le plaisir du spectateur regardant ce drame proche du thriller. Le plaisir qu'on y prend résulte essentiellement de la confrontation de deux monstres sacrés du théâtre et cinéma britannique : Ian McKellen, formé au National Theatre Company de Laurence Olivier et Helen Mirren membre de la Royal Shakespeare company. McKellen, qui avait déjà tourné trois fois avec Bill Condon, incarne un arnaqueur de haut vol, rusé, froid et calculateur tout entier occupé à séduire et manipuler la veuve qu'il cherche à ruiner. L'acteur octogénaire excelle à changer de personnage et interprète brillamment l'escroc qui peut quitter en un clin d'oeil la peau d'un vieillard souffreteux pour celle d'un truand violent. De son côté Helen Mirren, 74 ans, Oscar de la meilleure actrice pour son personnage d'Elisabeth II dans The Queen (Stephen Frears, 2006) incarne avec élégance une femme charmante et dynamique dont la fortune s'élève à quelques millions de dollars et qui présente les traits d'une victime facile à tromper. Un jeu du chat et de la souris s'engage, entre séduction et rouerie. Coups de théâtre et rebondissements multiples nourrissent le scénario, pas toujours vraisemblable et même un peu tordu, surtout vers la fin. Mais cette banale histoire d'arnaque et ce film au petit sujet s'avèrent un très bon divertissement.

Françoise Wilkowski-Dehove

Autres articles sur ce film