logo



PROtestants et FILmophiles

PROmouvoir les FILms dont la qualité artistique et humaine aide à la connaissance du monde contemporain


ACCUEIL - QUI SOMMES-NOUS ? - ACTIVITES - GROUPES - CRITIQUES DE FILMS - RADIO - EN SALLE - FESTIVALS



Retour vers la page du groupe du groupe de Mulhouse.

Prix du jury au festival du cinéma américain de Deauville 2017

Autres articles sur ce film

  • Un dresseur de chevaux du Dakota (F. Wilkowski-Dehove)
  • Brooklyn Yiddish (Menashe) (F. Wilkowski-Dehove)
  • Les fiches de film du groupe Mulhouse

    Brooklyn Yiddish ou la joie de l'enfermement

    Plus vrais que nature, les personnages de Brooklyn Yiddish le sont assurément puisqu'ils sont tous amateurs et jouent leur propre rôle dans cette ode à l'enfermement communautaire.

    Menashé, le père désireux de retrouver la garde de son fils Ruben qui, selon la loi hassidique, ne peut être élevé par un homme seul, se soumet entièrement aux règles de sa communauté. Alors que la loi de son pays, les États-Unis, lui donnerait raison, il n'y pense même pas. Sans doute parce qu'il sait, qu'à l'instar des anciennes peuplades primitives d'Amazonie, une mise au ban de la communauté qui serait prononcée par le rabbin serait un véritable suicide social, lequel pourrait sans doute déclencher la mort réelle.

    Le réalisateur qui ne parle pas yiddish, qui est certes juif mais à mille lieux des fondamentaux de cette communauté est un quasi Lévi-Strauss quand il se fait anthropologue de ce groupe social en tant que communauté écartée, tout en en faisant pleinement partie, de la société américaine d'aujourd'hui. Ce "quasi" est sans doute à priori dommage car ce n'est ni tout à fait un documentaire ni tout à fait une fiction, ni une étude anthropologique ni un pamphlet dénonciateur, ni tout à fait une critique ni tout à faite une approbation. Le film ne s'aventure jamais du côté du jugement ni de la contradiction d'un ordre et d'un cadre dont on ne sait jamais très bien s'il est religieux ou culturel, sans doute parce qu'il est à la fois religieux et culturel. Il laisse ainsi chacun être son propre juge des biens ou méfaits de ce type de servitude volontaire qui constitue toujours l'horizon de tout ordre religieux quel qu’il soit.

    Il faut cependant saluer la performance des acteurs qui parviennent à faire oublier leur amateurisme, sans doute parce que la réalité est finalement plus crédible que la fiction ne saurait jamais l'être.

    Roland Kauffmann

    Mentions légales

    Siège social, 40 rue de Las Sorbes, 34070 Montpellier

    Secrétariat national, 390 rue de Font Couverte Bât. 1, 34070 Montpellier
    04 67 41 26 55 - secretariat@pro-fil-online.fr

    Contact