logo



PROtestants et FILmophiles

PROmouvoir les FILms dont la qualité artistique et humaine aide à la connaissance du monde contemporain


ACCUEIL - QUI SOMMES-NOUS ? - ACTIVITES - GROUPES - CRITIQUES DE FILMS - RADIO - EN SALLE - FESTIVALS



Retour vers la page du groupe du groupe de Mulhouse.

Grand prix du Jury, Prix du jury oecuménique Cannes 2016

Autres articles sur ce film

  • Emission Ciné qua non du 19 oct. 2016 (M. Chailley, D. Sarda, C. Bonnet et C. Bonnet)
  • Emission Champ/Contrechamp du 27 septembre 2016 (J. Lods, F. Lods, J. Zucker et M. Campana)
  • Juste la fin du monde (N. Vercueil)
  • Juste la fin du monde (M. Campana)
  • La musique, instrument de rédemption (N. Vercueil)
  • Le retour du fils perdu (N. Vercueil)
  • Des oiseaux tombés du nid (N. Vercueil)
  • Un souffle surprenant au Festival de Cannes (N. Vercueil)
  • Au Festival de Cannes le Jury oecuménique récompense Xavier Dolan (N. Vercueil)
  • Emission Champ Contrechamp du 24 mai 2016 (J. Lods, J. Zucker, J. Wilkowski et M. Campana)
  • Chronique cannoise du 21 mai 2016 (J. Lods)
  • A Cannes, en son Palais, brille le roi Léaud (J. Zucker)
  • Prix du jury œcumenique Cannes 2016 (. Jury)
  • Juste La Fin Du Monde (C. Oubrayrie)
  • Les fiches de film du groupe Mulhouse

    La fin des mots

    "C'est pas la fin du monde" se dit Louis lorsqu'il se prépare à retrouver sa famille après une absence de plusieurs années et à leur annoncer sa mort prochaine. Et pourtant, cette annonce, ou plutôt son impossibilité, signe au contraire la "fin du monde". Elle serait un tel cataclysme pour cette famille déjà décomposée et, sans doute, pour lui aussi, qu'il y renonce et retourne à sa vie que l'on imagine si active et exaltante, bien loin de l'ennui qui infuse dans cette maison familiale.

    L'adaptation au cinéma d'une pièce de théâtre est toujours un défi d'autant plus lorsqu'il s'agit d'une œuvre aussi hors-norme que celle de Jean-Luc Lagarce. Hors-norme par son langage, saccadé, haché, coupé et truffé de non-dits. Rarement les mots échangés se seront révélés à la fois si creux et pourtant chargés de sens que dans cette pièce, explorant précisément l'impossibilité de la transmission à d'autres du sentiment de sa propre fin. Car c'est de cela qu'il s'agit, plus que de la "fin du monde". Le monde continue quand bien même il se finirait pour nous. Le monde ne se résume pas à Louis, il continue pour sa famille, même si ce monde là, celui du ressentiment et des illusions, lui déplaît, il doit s'y faire et comprendre que le monde n'a de fin que pour lui, ici et maintenant.

    Ce sentiment de finitude comme de vacuité est magnifiquement rendu par Dolan par l'absence de ce qui est pourtant au centre du film: le repas. Alors que l'on ne cesse de s'y préparer, ou d'en parler voire d'en sortir, ils ne sont jamais réunis à table, jamais dans la simple commensalité. Sans doute que ce repas aurait eu alors sa place dans l'anthologie des repas assassins à l'égal de Festen ou de Un été à Osage County. Lorsque les mots perdent leur sens en devenant obèses de significations, ils ne servent plus à rien, c'est alors bien la fin du monde.

    Roland Kauffmann

    Mentions légales

    Siège social, 40 rue de Las Sorbes, 34070 Montpellier

    Secrétariat national, 390 rue de Font Couverte Bât. 1, 34070 Montpellier
    04 67 41 26 55 - secretariat@pro-fil-online.fr

    Contact