logo



PROtestants et FILmophiles

PROmouvoir les FILms dont la qualité artistique et humaine aide à la connaissance du monde contemporain


ACCUEIL - QUI SOMMES-NOUS ? - ACTIVITES - GROUPES - CRITIQUES DE FILMS - RADIO - EN SALLE - FESTIVALS


Skoonheid

Skoonheid est un film sud africain, d'Oliver Hermanus, né à Cape Town en 1983, présenté à "un certain regard" à Cannes avec Deon Lotz dans le rôle principal et Charlie Keegan, acteur, connu aussi comme top model.

Le film porte sur un homme ayant une vie apparemment propre et rangée, qui dirige une scierie, et apparaît comme un mari dévoué et un père aimant. On se rend très vite compte que François a une double vie qu'il déteste au demeurant, rencontre d'autres hommes en secret et est tout à fait incapable d'assumer son homosexualité. Paradoxalement, il laisse apparaître aussi de forts penchants racistes.

Arrive le jour où il tombe fou amoureux d'un homme jeune de 25 ans, sa passion dévorante et son désir pour lui va consumer François, et l'amener à avoir une conduite tout à fait irrationnelle. Il laisse alors sortir des émotions contenues depuis longtemps, et on comprendra plus tard que c'est sans nul doute le désir qui le conduit, mais aussi une recherche désespérée du bonheur que d'après lui, il aurait pu trouver s'il avait pu ou su assumer ses penchants, aimer et vivre avec un homme. Il n'est donc pas seulement dans le désir de posséder l'autre mais aussi dans la poursuite du bonheur. Sa souffrance finit par émouvoir le spectateur en dépit du côté odieux du personnage. Le réalisateur dit avoir été influencé par Mort à Venise, et avoir voulu aussi montrer le défi que représente la beauté pour le personnage principal, c'est donc aussi un film sur la beauté qui émeut au point de vouloir la posséder. Skoonheid est un film dur, violent, mais intéressant par l'ambiguïté des personnages, la mise en scène, haletante et la faculté du réalisateur à nous étonner. La fin est tout à fait inattendue.

J'étais à Cannes dans la salle Debussy où sont présentés les films d'un Certain regard et j'ai donc pu voir l'équipe du film saluer à la fin de la projection. Encore sous le choc des images et de la personnalité sombre, tourmentée, malsaine du personnage principal, j'ai été extrêment surprise de voir que Deon Lotz affichait un visage limpide, sympathique, souriant et amène, en complète contradiction avec le personnage du film aux yeux durs et froids : un grand acteur donc, à suivre... Film étonnant, dérangeant, qui va bien au delà du thème affiché de l'homosexualité, venant d'un pays qu'on connaît peu.

Dominique Sarda

Mentions légales

Siège social, 40 rue de Las Sorbes, 34070 Montpellier

Secrétariat national, 390 rue de Font Couverte Bât. 1, 34070 Montpellier
04 67 41 26 55 - secretariat@pro-fil-online.fr

Contact